Pages

lundi 23 juillet 2007

LES VIEUX NE PARLENT PLUS OU SEULEMENT DU BOUT DES YEUX CHANTAIT BREL.


Dans le thème des portraits, je vous présente ce visage qui m’a particulièrement bouleversée. Ainsi que le personnage dans son unité. Ils sont nombreux nos anciens à porter sur leurs épaules voûtées le poids de toute une vie de labeur.


Leurs corps parlent une langue que nous n’entendons plus, leurs regards sont absents, vides, presque impassibles, comme s’ils étaient ailleurs, dans un monde où ils auraient enfin retrouvé la paix auprès de ceux qui sont partis avant eux et qu’ils chérissaient.
Je les aime ces êtres devenus vulnérables, qui pourtant ont œuvré avant nous et pour nous. Lorsque je croise l’un d’entre eux qui a perdu son sourire, je lui donne le mien.

Ne dit t’on pas que donner le sourire, c’est peu de chose pour celui qui le donne et beaucoup pour celui qui le reçoit en enrichissant l’un l’autre ?

7 commentaires:

Dany a dit…

Qu'il est beau ce billet, émouvant et tellement juste! Une belle générosité de ta part!
Je te smile à mon tour pour te remercier de ce que tu dis si bien! Dany

Anonyme a dit…

De biens beaux propos, et émouvants. Un sourire, quelle plus belle récompense, quelle plus belle satisfaction que de provoquer un sourire en retour de la personne à qui il est destiné, encore plus si celle-ci nous est inconnue, et que l'on ne fait que la croiser.
Et puis c'est hélas devenu de nos jours si rare, qu'un seul sourire reçu peut illuminer à lui seul toute une journée.
Le Romantique anonyme

marouscka a dit…

Merci à vous deux :-)

esquisse a dit…

il est bien la...le temps ou la fatigue ne retrancrit pas entierement ceux que l'interieur éprouve.Comme si ce n'était plus la peine,juste offrir ceux que le visage arrive encore et simplement a délivrer,a qui veut aussi simplement s'arreter pour recevoir.L'age ou plus aucunes explications sont nécessaires,le langage des yeux est bien suffisant et surtout plus profond...alors un sourire lancé sans rien demandé,juste en profiter,meme a l'interieur,devient aussi pour ces ames seraines des petits moments de bonheurs qui adoucissent et meublent ces languissantes heures...
Un bon dans ton passé,pas si loint non plus,pour ressentir les memes parfums .Un regard se pose,une attirance ,sur une chose,ou une personne,un objet et la perception devient sentiment.
Toujours la meme profondeur DO,
bises
Esquisse...(les vieux ne parlent plus...seulement du bout des yeux...juillet 2007)

Je suis le temps qui passe. a dit…

Je me doutais qu'il s'agissait de cette photo. Cette dame n'est plus.

Vois-tu Esquisse, on dirait que nos esprits communiquent. Hier une autre vieille dame, que je connaissais très bien, s'en est allée.

Je suis seule dans ma grande maison, obligée d’être là, pourtant je pense à elle. Je suis en communion avec ceux qui l'accompagnent pour son dernier voyage. Depuis hier je n'ai rien laissé paraître sur mon blog, je n’y tenais pas. Bien que ce départ soit inexorable, mon coeur est bien triste, mais ça va aller, il le faut bien.

Cette dame est partie rejoindre l'homme qu'elle a aimé toute une vie.

C'est un pilier qui est parti, un livre qui s’est fermé et des souvenirs qui restent.

Je me suis toujours sentie proche des personnes âgées, au grand dam de mes tantes qui se sont toujours moquées de moi. Pourtant ces personnes qui ont travaillé pour nous, qui portent sur leur visage toute la bonté du monde, me donnent et m’apportent tant, je m'enrichis à leur contact.

Ces personnes aux visages et aux mains ridés par le labeur, les veilles, les peines et les joies, que certains on tendance à mettre de côté comme de vieilles choses inutiles, dégagent tellement de douceur et de sagesse qu’on ne peut que les aimer.

Je suis tellement choquée par l’indifférence Esquisse. Tellement !

Merci d’être passé voir ces images, cela me conforte dans la pensée qu’il existe encore des gens bien sur cette terre.

À bientôt. Que la nuit te soit douce.

esquisse a dit…

je reste attaché,par le respect de ces personnes,qui nos ont montré,le chemin qu'ils sont arrivés a construire sans toutes les aises que nous connaissons...puis un lien affectif,une pleinitude dans chaque mots et regards meme si ils sont lents,ils ont tous un sens...je me suis arreté aussi Do,sur ce vieux chene qui t'avais quitté,ce belle arbre qui abrittait et attirait sous ses grandes branches,j' ai fait le rapprochement avec la photo en médaillon,en pensant qu'elles liées dans la meme émotion...
Je t'apprecie vraiment,et c'est vrai que depuis que je suis venu visité,ce bolg"la dame dans l'escalier",je me sens bien sur la meme onde...
Do,je te fais de gros bisous et a tres bientot...
Esquisse

Je suis le temps qui passe. a dit…

Oui Esquisse tu as bien fait le rapprochement de L'arbre et de ce monsieur que j'aimais. Encore un pilier qui s'en est allé. Sa « trotte-menu » n'a pas supporté son absence, elle l'a rejoint 15 mois plus tard.

Ces qualités de coeur, vois-tu, me paraissent tellement naturelles que je suis à chaque fois terriblement attristée, lorsque je constate l'indifférence de certaines personnes qui passent devant ces êtres remplis de sagesse, sans même les voir.

Je suis de ton avis, un simple sourire, même si on ne les connaît pas, apporte beaucoup.

C'est étrange car avant même de lire ton mot laissé au bas de cette émouvante photo, je pensais à la chanson de Brel : Les vieux ne parlent plus seulement du bout des yeux, leurs pianos sont fermés, leurs gestes ont trop de rides, leur monde est trop petit.

Là, j'ai un petit bleu à la gorge.

Merci d'être remonté en juillet 2007.

Merci d'avoir un grand coeur.

Moi aussi je t'apprécie beaucoup Esquisse et je te fais de gros bisous.

À bientôt. Do.