Pages

lundi 19 avril 2010

Le cœur des souvenirs

Une maison, un jardin, des souvenirs



Mes grands-parents


Les souvenirs d’enfance sont des moments d’amour et d’émotion qui restent gravés dans la mémoire
L’enfance c’est tout un patrimoine que nos parents et nos grands-parents nous transmettent.
Aujourd’hui j’avais envie de les remercier pour m’avoir donné leur amour sans compter, et enseigné les vraies valeurs. À mon tour je voudrais leur dire à quel point je les aime.
*****
Les jardins de l'enfance (sonnet)

L’enfance, au moindre appel, m'ouvre ses jardins ;
Sur chacun de mes sens toute chose est caresse
Épousant les échos des psaumes de grand-messe
Témoins d’un âge heureux les dimanches matins.
Le bonheur rejaillit de gestes anodins
Dont l’éthique enseignait la fragile noblesse,
Héritage de foi qu’un jour l’âme transgresse
Conquise par l’amour aux attraits clandestins.
Mon coeur fragilisé, ce soir encor s’envole
Vers ce qui, révolu, conduit la farandole
Des visages sans fard de mes jeunes printemps.
Dans un regain de vie en cette étreinte brève,
Banals ou capiteux, parfums de tous instants
Je me souviens de vous comme d’un joli rêve !

Maryse Abran-Pengrech

33 commentaires:

Solange a dit…

Un bel hommage à tes grands-parents et le poème est touchant.J'ai gardé ma petite-fille qui a aujourd'hui 18 ans et je garde maintenant mes 2 petits- enfants de 4 ans et 15 mois. j'espère qu'ils auront un aussi bon souvenir de moi plus tard.

MARIE a dit…

Comme il doux de penser à son enfance comme un ballon d'oxygène parsemé de couleur et d'odeur ...
Un bel hommage que tu leur fais ... :)

Douce journée ...

Grimimi Sue a dit…

Bonsoir Do,
Lire à cette heure, un si bel hommage à tes grands-parents, fait palpiter mon vieux coeur.
Ce poème est doux et beau et je retiendrai la dernière phrase mais j'ai beaucoup aimé tes mots, ceux qui viennent de ton coeur tout simplement avec bonheur.

Je t'envoie des becs sue-crés xx pour te remercier. Sue

herbert a dit…

Bonjour, Do.
Oui, les souvenirs d'enfance restent gravès dans la mémoire...
Et comme ils sont doux ici...
Tes illustrations le disnt si bien ...et le reste.
Les miens aussi, le sont. Mais d'une toute autre nature:ils creusent toujours le sillon de la souffrance et la blessure ne se referme jamais...
Merci beaucoup pour cette atmosphère de charme que je trouve chez toi.
Je t'embrasse bien fort.

JOSHARTYPICO a dit…

bonjour do-lange ! Un très belle hommage à tes grands parents, un moment d'émotion dans le jardin de tes souvenirs !j'ai eu une belle enfance ! je n'est pas eu la chance de connaitre ma grands Mère, j'ai juste le souvenir de mon grand père, quand nous allions le long des routes pour garder les chèvres. un souvenir intarissable ! belle initiative qui mon fait revivre ces instants magiques et magnifiques de mon enfance ! merci pour ce partage ! à bientôt !

esquisse a dit…

superbe et émouvant parfum,que tu nous vaporise dans ces mots,chere Do lange...accroché son enfance dans ces coeurs chaleureux,bien souvent qui nous laissent toujours trop tot orphelin de cette affection...magnifique ,sensation et aussi mélancolique,que de ramener dans ses yeux ces larmes en perles de mémoires,qui nous les font revivre,dans ces moments bien presents,et ses voix douces et chaudes...grand pere ,grand mere,insoussiance et tendre regards ,melanger dans cet ecrin qu'est l'enfance,ces etres paisibles qui sous les sourires acidulés,preservent et surveillent chaque gestes chaque mots,et meme si la voix parrait plus haute parfois,c'est avec l'age qu'on se rend compte qu'ils nous ont bien fait grandir...pour ceux que tu as dans le coeur ,Do lange ,c'est un bel hommage,et puis je suis sur qu'ils ne sont jamais loin...
Tres joli et emouvant...
je t'embbrasse...

Esquisse

roselito a dit…

Bonchou,Dolanché,yé ba echayé dé parler mieuch!!!
yé choui de Lagosh,en el choud del Portougal...
Pienso qué se texto ech muy émouvanté,y mé rand parent echtan partich trop toch auchi,y yo sentéch bien'n,qui mech manqua beaucouch,ayourd'oui!!!per mé l'enfanche,ech commo la escuella,cuando nouch chomme dédans on boudrait en chortir,y cuando nos chomme sorti,on boudraich' y rebenir,no?comprendech,?Yé bou fait milléch ,besos,y gracias beuacoup..

Rosellito del portugal

Do-Lange a dit…

Solange, un grand merci pour ce très beau témoignage, ainsi que je l’écrivais à Gimimi que je remercie également, les petits enfants ont besoin, pour leur équilibre, leur épanouissement, de l’amour et la présence des parents et celle des grands parents indispensable pour s’accomplir. Ne te décourage surtout pas ma Grimimi, ils viendront bientôt chez toi sans avoir à implorer une permission.
Profitez de vos petits enfants au maximum, sachez qu’ils vous aiment inconditionnellement et qu’ils ont besoin de vous.

Marie ces souvenirs sont chers à mon cœur, si j’éprouve ce besoin de leur rendre hommage sur ce blog, mes grands-parents ont toujours été conscients de l’amour absolu que je leur portais. Merci pour tes mots si doux et si réconfortants.

Do-Lange a dit…

Herbert, je crois que si certaines blessures se referment, les cicatrices sont indélébiles. On se bute toujours dans quelque chose et il n’est pas facile, lorsqu’on tourne la tête vers le passé, de ne conserver que de beaux souvenirs. Je te remercie pour ce témoignage prenant, qui en dit long sans vraiment le dire mais qu’on devine.

Je médite sur le commentaire laissé par France à qui je réponds qu’il ne faut pas se fier aux apparences. À une époque de ma vie, je n’avais que deux choix, j’ai opté pour le moins facile, aujourd’hui j’essaie de ne pas faire une fixation sur les tristes souvenirs, je n’ai pas connu mon père qui est parti bien trop tôt; bien des années après mon fils l’a suivi et mes grands-parents en sont morts de chagrin. Eh oui France ! Il ne me reste plus qua ma mère et ma fille que j’adore. 6000 km nous séparent, c’est très dur, pour nous trois qui sommes issues d’une petite famille. Nos caractères sont forts, toutefois nous avons un cœur. En conséquence, je comprends que ce n’est pas facile pour toi, dont le parcours ne semble pas des plus tendres. Merci pour ton profond témoignage ma France.

Dragonfly, je peux lire au travers des mots, je sais que tu as enduré, toi aussi des épreuves cruelles. On essaie de donner le meilleur de nous-mêmes à tous ceux qui nous sont chers ou que nous estimons. Il faut s’accrocher au meilleur que la vie nous donne, dire « je t’aime » et le prouver avant qu’il ne soit trop tard.
J’admire ton courage et tes qualités humaines. Merci ma Dragonfly.

Roger merci à vous pour cette sensibilité que je n’ai aucune difficulté à deviner au travers de vos écrits. Elle saute aux yeux !

Do-Lange a dit…

Colombo, ce que tu écris est tellement vrai, j’en suis consciente parce que sans doute je te connais et que nos familles sont unies. Je sais à quel point tu as souffert et à quel point tu souffres encore de tes blessures, d’autant que ces entailles sont fraîches. Cela étant, tu n’oublieras jamais et moi non plus.
Tes parents ont toujours été présents dans les moments difficiles et ça vois-tu… je ne l’oublierai jamais. Tes parents étaient des êtres infiniment bons, dévoués et spontanés. Ta grand-mère t’adorait et tu le lui rendais bien, si le temps apaisera tes blessures il ne les effacera jamais. Pourtant il faut continuer le chemin pour tous ceux et celles qui t’aiment. Merci pour ce billet guidé par ton cœur.

Jos, si je rends hommage à mes grands-parents, je peux t’assurer que les mots que tu as laissés sur cet espace n’ont rien à envier aux miens. Le souvenir que ton grand-père gravé dans ton cœur est la preuve de ton indéfectible amour, ce sont ces beaux souvenirs dont il faut se rappeler. C’est moi qui te remercie pour ce noble témoignage. C’est une leçon de vie.

Esquisse merci pour cette sensibilité et cette authenticité qui te caractérisent. Nous avons tous besoin de recevoir l’amour, la caresse d’une main familière, le sourire et la tendresse d’une mère, le soutien d’un père, l’affection de ses grands-parents. C’est essentiel pour grandir.
Je crois que tu appartiens à cette catégorie d’êtres qui ne se plaignent pas et qui donne sans compter, pour combler une absence, un manque. Tes qualités t’honorent. Je suis persuadée que tu puises tes forces dans l’amour de la famille que tu as si bien réussie. C’est une victoire dont tu peux être très fier.

Roselito, je sais à présent que tu es portugais, un portugais que je devine sensible et humain. Merci pour ton témoignage plein de tendresse. Vaya con Dios Roselito et à bientôt. Tes petits mots sont bien agréables à lire.

Merci Titane, tu as tout deviné, c’est intentionnellement si j’ai donné, par le biais de cette image qui m’est très chère, cette limpidité qui caractérisait si bien mes grands parents.


Excusez-moi de n’avoir répondu dans l’ordre à vos billets, je les avais tous lus, toutefois je n’ai pas eu le temps de les valider au fur et à mesure, c’est chose faite à présent. Depuis deux jours je cours à droite et à gauche. Ceci explique cela. Je serai plus tranquille demain. Mille fois merci à vous pour ces messages de qualité et à bientôt.

esquisse a dit…

je viens de lire et de relire tous ces com's",et je confirme bien que dans chaque etre que nous voulons etre, les tirroirs ne sont pas remplis que de friandises,chacun a ces propres mouchoirs,ceux qu'on cache,qu'on plis et qu'on preserve,ceux qui garde le parfum, d'antan ou de certaines larmes,et puis ceux qu'on a attaché a nos memoires ,pour qu'il ne soient plus oubliés dans ces vieux tirroirs...tes reponses,on la couleur de cet espoir Dloange,de ce regard bien ouvert sur demain,en gardant sous les paupieres,ce chemin qui fait partie d'hier...merci pour ces mots du coeur,chere amie...ils font du bien ,et meme si ils n'effacent pas le souvenir ils attirent le sourire et aussi une part de bonheur...

Esquisse

Rosette ou Rosie, c'est pareil a dit…

Quel hommage magnifique que tu rends à tes grands-parents, Dolange... Grâce à ta plume ravissante que tu trempes dans l'encre de ton coeur, tu partages de merveilleux souvenirs qui me vont droit au coeur. Merci pour ces mots, ces images, ce grand moment de bonheur.

JOSHARTYPICO a dit…

bonjour do-lange je viens te dire bonjours j'ai été très ému par tous tes coms réponse ! un retour en arrière des beaux jours une larme j'ai versé ! très beau partage d'émotions !
Bonne journée Do-lange avec les bisous de mon Morvan !

claude a dit…

Quel bel hommage, Do !
Moi aussi je me souviens bien de mes grands-parents, ils étaient si gentils avec nous.
Je me souviens de leur maison de leur jardin quand ils se sont trouvés à la retraite (c'était notre maison de vacances dans le Berry).
Je me rappelle de leur apart rue de Charonnes à Paris, et de leur loge de concierges rue Campagne Première dont je fais référence aujourd'hui dans mon post.
Bien que mon pépé soir parti beaucoup plus tôt que ma mémé, son souvenir est toujours, présent, et tu vois, rien qu'à en parler, les larmes me montent au yeux.
Nous l'appelions Pépé gateau, c'est pour dire qu'il était gentil et toujours prêt à nous gâter.

Do-Lange a dit…

Esquisse ce que tu traduis,
au travers de tes mots, reflètent complètement le fond de ma pensée. On cache beaucoup de mouchoirs dans le fond d’un tiroir pour éviter de s’en servir et ne conserver que les plus beaux souvenirs du passé. Cependant il faut prendre garde de ne pas dissimuler les vieux mouchoirs dans un endroit trop reculé, car on finit par ne plus savoir pleurer. Je te remercie pour la chaleur de tes mots.

Merci à toi Rosie pour ta gentillesse, ton humeur toujours égale que j’apprécie beaucoup, ton humour, il en faut dans la vie, et cette sensibilité vraie que je perçois lorsque je te lis.


Jos, ce sont en effet ces beaux partages d’émotion et de tendresse, qu’on peut lire au travers de tous les témoignages déposés sur cet espace qui enrichissent ce texte fondé sur les souvenirs. Merci pour ceux que tu laisses, toi et tous ceux et celles qui me font le plaisir de parler de leur propre vécu.

C’est moi qui te remercie Claude, les êtres chers qui nous ont quittés physiquement demeurent omniprésents dans notre coeur et notre esprit, je te crois lorsque tu écris te souvenir du visage de tes grands-parents. Il m’arrive souvent de leur parler, à haute voix lorsque je suis seule et de sourire. Une petite anecdote; contrairement à ma grand-mère qui était une perle, je suis nulle en couture et lorsque je couds sans dé, j’ai l’impression d’entendre ma grand-mère me dire :

- Une bonne couturière porte toujours un dé!

Je revois son visage délicat, sa douceur, sa bonté, C’était une dame qui n’aimait pas rester à ne rien faire. Elle ne pensait qu’à aider et se souciait peu d’elle.
Mon grand-père c’était « le monsieur aux cheveux blancs » un homme qui ne passait pas inaperçu et qu’on ne pouvait qu’aimer, dans le quartier tout le monde le connaissait, les enfants l’adoraient. Mon grand-père était un sage, mes grands-parents étaient bien plus encore.

le Colombo français à la retraite a dit…

Pour terminer ce sujet, riche en émotion que l'on ressent dans tous ces commentaires, sur une note, disons "d'espoir", j'aimerais ajouter que nos grands-parents respectifs, nous ont montré, ce qu'est le véritable "amour fraternel" (ou ce qu'il devrait être ...)
puissions-nous nous en inspirer.
Je t'embrasse,

Patrick - Lucas a dit…

héritage magique de l'amour
douceur des âges qui passent

et des amours clandestines...!!!

Très beau texte
Bises

Do-Lange a dit…

Merci Colombo merci Patrick.
Personnellement je m'en suis toujours inspirée Colombo. Puisse les autres membres de la famille suivre l'exemple.

Bonne fin de soirée à vous.

☼ France ☼ a dit…

Petit bonjour du matin merci de ton passage. Je vais partir à la mer pour la journée même si j'ai mal au dos envie de respirer l'air pur donc ) plus tard
Bonne journée

Phil a dit…

très bel hommage rendu à tes grands-parents je trouve celà touchant, tellement l'impression que les jeunes maintenant oublient bien vite leurs mamies et papys...
la photo est super, j'adore

bonne journée ensoleillée j'espère
bisous

herbert a dit…

Bonjour, Do.

J'ai évoqué le poids de mon enfance dans mon commentaire mais j'aurais dû me taire.
Car, dans un de tes commentaires, j'ai lu l'une des tragédies qui fut la tienne et devant cette évocation dramatique, mon aveu est ridicule.
Mais c'est fait.
Merci toujours pour la gentillesse et la douceur de tes mots.
Bonne journée.
Je t'embrasse bien fort.

koka a dit…

Souvenirs d'enfance, teintés de nostalgie et de tendresse... c'est vraiment touchant !

JAWAH! a dit…

bonjour à toi
je viens de voir tes vidéos et je suis trés ému par les sujets et la qualité.
Merci beaucoup!
bonne journée
jawah

Françoise a dit…

Tu leur rends un bien joli hommage, à tes grands-parents, Do.

J'ai un très bon souvenir de mon grand-père maternel, et pourtant, il est parti, j'avais juste 7 ans, mais je m'en rappelle bien, et surtout, de la complicité qui nous unissait. Je me rappelle aussi de ma grand-mère maternelle qui était une femme autoritaire, mais en même temps, si généreuse. Je n'ai pas connu ma grand-mère maternelle, elle est partie l'année de ma naissance. Ni mon grand-père paternel.
Et maintenant, c'est moi qui suis grand-mère... (sourire). Eh oui, le temps passe...

Belle journée à toi, Do, et bonne semaine.
Je t'embrasse.

Jerry OX a dit…

magnifique et vibrant hommage à l'héritage que tes grands parents t'ont laissé : à savoir prendre le bonheur tel qu'il est et prendre soin des autres et de la vie !

Dominique a dit…

Merci de ton passage France, à cette heure avancée sur le vieux continent, tu dois être de retour chez toi, j’espère que tu as bien profité de la plage, sous le chaud soleil du midi.

Phil merci pour ce joli billet. Je crois qu’il ne faut pas généraliser. Beaucoup de jeunes apprécient la compagnie de leurs grands-parents. Je vais encore parler de Ludivine qui adore sa mamie et qui n’hésite pas à faire 250 km, dès qu’elle en a la possibilité, pour lui rendre visite. On pourrait presque les surnommer les inséparables. ;) Il faut dire que maman s’en est beaucoup occupée lorsque mes fonctions m’obligeaient à m’éloigner. Ma mère a un caractère très jeune et beaucoup d’humour, si bien que les deux font la paire, pour mon plus grand bonheur. ;)

Mon cher Herbert, je t’interdis de prétendre que ton aveu est ridicule. Nous avons tous un passé, les blessures sont spécifiques à chacun d’entre nous, les douleurs aussi. Il ne faut surtout pas les minimiser. C’est ce qu’une amie, très chère, me disait juste avant de partir pour l’ultime voyage et elle n’avait pas tort. Je ne connais pas ton vécu Herbert, toutefois je suis certaine qu’il mérite qu’on lui porte de l’intérêt. Nous sommes là pour témoigner. Alors je t’en prie ne te culpabilise pas. Au contraire. Je te remercie pour ton commentaire et tes qualités de cœur.

Koka merci. Il me reste la tendresse, car lorsque je pense à mes grands-parents c’est toujours avec une infinie douceur.

Jawah, merci d’avoir pris le temps de naviguer sur mon blog, cette marque d’intérêt me touche et me stimule.

Merci de ta visite et de ton touchant témoignage Françoise, tu étais bien jeune, en effet, lorsque ton grand-père est parti. Cette complicité qui s’est installée entre vous deux est capitale, car elle laisse dans ton cœur un très beau souvenir de ton grand-père. Ce sont ces moments privilégiés dont il faut se remémorer.
Je n’ai connu ni mon père ni mon grand-père paternel, je sais que tous les deux m’aimaient à des niveaux différents; c’est ce que je veux conserver d’eux, leur amour illimité !
Tu as la chance d’être, toi-même, grand-mère alors j’imagine que tu dois jouir de ces instant précieux de bonheur que j’ai plaisir à partager avec toi en te lisant.

Merci Jerry, en quelques lignes tu as tout compris, et très bien résumé ma philosophie.

esquisse a dit…

petit ecrin on l'on preserve leurs mémoires,chaque battement un bout d'histoire,pas de larmes que des soupirs pour ramener quelques souvenirs,la douceur d'un visage et de grands sourires,en quelque sorte ouvrir une page dans notre grand livre,prendre le soin et le temps de la lire,juste pour soi ou bien l'offrir...un moment de bonheur ,que le temps nous a pris de bonne heure,et que ce souvenir que l'on perpetue nous ramene a toute heure...

Bonne soirée,Dominique

Esquisse

JAWAH! a dit…

bonsoir
je suis en admiration et émue en regardant tes vidéos et to blog.
Merci
bonne soirée à toi

Dominique- L a dit…

C'est bien joliment écrit Esquisse, beaucoup de douceur se dégage de ton texte.
Dans le grand livre de mes souvenirs, que je consulte souvent, j'y découvre des visages qui me sourient, des visages qui me parlent, qui sortent parfois du livre pour me rappeler des moments tendres et précieux passés ensembles; et lorsque je le referme, s'il arrive qu'une larme perle au bord de mes cils, je la chasse bien vite, et c'est le sourire qui revient et qui me donne le courage.
Je te remercie pour ce beau billet déposé dans mon jardin. ;)

yves1947 a dit…

Bonjour Do
Une petite visite rapide pour te souhaiter un très agréable week end printanier.
*****bisous****
Yves.

Dominique- L a dit…

Merci pour cette pensée Yves, bon printemps et bon week-end à vous tous, si possible ensoleillé ;-)

Dominique a dit…

Tellement beau...

C'est vrai que ça nous reprend souvent cette nostalgie...

Tu y mets tellement de tendresse...

Je reviens lire tes réponses aux com.

MounB a dit…

Bonjour
J'aime, comme toi, la nostalgie des bonheurs passés ! Chaque jour qui passe nous devons construire les souvenirs de nos descendants !
Bises