Pages

samedi 6 juin 2009

Auprès de mon arbre



Ce coin de paysage au bord du St Laurent m’a séduite, je m’en suis emparée, ensuite, pour ne pas qu’il se décolore dans le fond d’un tiroir je l’ai « blogué. »
Vivre en harmonie avec la nature, n’est-ce pas…. poétique ?

18 commentaires:

Marie du Nord a dit…

Il est superbe ton arbre Do.
Gros bisous à toi.

Françoise a dit…

C'est magnifique, Marouscka. J'aime beaucoup.
Très gros bisous à toi.
Passe un bon dimanche, et une belle Fête des mères.

herbert a dit…

Bonjour, Do;
Je le savais bien...Tu étais derrière et tu chantais.
La preuve en est faite.

Merci beaucoup pour cet exquis moment.

Je t'embrasse.

jean-philippe a dit…

oh oui douce Marouscka !! fort poétique et tu sais à qui celà me fait penser ? au grand Georges Brassens qui en avait fait une célèbre chanson !! la douceur bucolique te sied à merveille tout comme les notes de jazz que tu aimes tant ! que ta soirée soit savoureuse !

Françoise a dit…

Je reviens m'asseoir un moment au pied de ton arbre, Marouscka... sourire.

Belle fin de journée à toi, ma douce.
Je t'embrasse.

Marouscka du temps qui passe. a dit…

Merci d’avoir la gentillesse d’alimenter mon blog :- ) J’apprécie beaucoup vos passages dans ma chaumière ou au pied d’un arbre.

Ainsi vous m’imaginez douce ? Marouscka l’est certainement, tandis que Do, son ego, est têtue, ferme, peut manquer parfois de diplomatie, elle sait ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas. Ceci dit, Marouscka et Do, malgré leurs conflits imprévisibles, se complètent bien. Elles ont en commun le sens du respect, celui de l’amitié et ne peuvent vivre sans humour. Toutes les deux vous embrassent bien fort et vous souhaitent un très agréable week-end. :- )

À bientôt.

Bérénice a dit…

J'étais venue simplement pour vous dire que j'avais beaucoup apprécié votre commentaire chez Françoise, mais j'ai été happée par cette espace... alors je vais revenir !
A bientôt Marouscka... fort joli pseudo !!

Bérénice a dit…

Pardon ! "Cet" espace, bien sûr !

Rom a dit…

Bonjour.
Suis de passage, joli tatouage de page.

MACAO a dit…

En référence à Brassens bien évidemment:Au près de mon arbre je vivais heureux j'aurai jamais dû le quitter des yeux!Bises et agréable journée!

Jerry OX a dit…

je viens de m'asseoir sous ton arbre mais...tu n'y étais point . Ou es tu Marouscka ? j'éspère que tu vas bien !

Françoise a dit…

Un petit passage par chez toi, Marouscka, pour te remercier des mots que tu laisses chez moi, et aussi pour te souhaiter une très belle soirée.

J'espère que tu vas bien (?).

Je t'embrasse très fort.

Ludivine Brulon a dit…

j'irais bien sous cet arbre pour bouquiner un peu. et pourquoi pas boire un «mojitos» ;)

Je pense à toi. Je t'aime fort!

Marouscka du temps qui passe. a dit…

Pas facile d’être au four et au moulin, je m’active beaucoup ces temps-ci, ce qui explique pourquoi je ne suis pas souvent sous mon arbre.

Aujourd’hui j’ai décidé de m’y asseoir pour vous lire, vous écrire tranquillement, tout en sirotant un mojitos sur une note de Brassens. : -) Elle n’est pas belle la vie !

J’en profite pour remercier Bérénice, Rom :- ) MACAO et Ludivine pour leurs billets, laissés sur mon blog depuis mon dernier passage.

Au fil de mes rêveries a dit…

Oui Marouska vivre auprès d'un arbre
entendre son chant, c'est bien vivre que de vivre dans cette poésie là
Ton arbre est superbe
Plein de bisous
Belle journée à toi

Je suis le temps qui passe. a dit…

Vraiment désolée de n’avoir répondu plus tôt à ton billet que je viens de découvrir à l’instant «Au fil des Rêveries » Quel joli titre !

J’aime le chant des arbres qui parfois me parlent aussi.

Merci pour ce joli message.

Au fil de mes rêveries a dit…

Pas grave ma petite Do
Je suis rassurée , je m'imaginais t'avoir froissée ..mais tu sais je continue à te visiter et à te lire discrètementet je ne t'ai pas oubliée
J'espère que tu trouveras ce mot
plein de Bisous
Au fil de mes rêveries c'est Lyse

Je suis le temps qui passe. a dit…

Dans ma configuration, je ne puis voir, instantanément, si une personne a déposé un message sur un sujet plus ancien. Voilà pourquoi je n’ai découvert ton mot que plus tard, une belle surprise qui m’a fait très plaisir. Il m’en faut beaucoup pour me froisser Lyse. Les gens surfaits et sans grand intérêt je préfère les ignorer, je ne m’en porte que mieux. Tu es loin d’en faire partie. Je t’embrasse bien fort.