Pages

mercredi 18 février 2009

Exquis papillon






Il fait beau dans mon cœur ce matin. L’enfant au doux regard, vêtu d’organdi et de fines dentelles, s’est métamorphosé en un délicieux papillon me plongeant en une extase infinie.

17 commentaires:

jean-philippe a dit…

la chrysalide est devenue un joli papillon dont les jolis yeux brillent de milles feux dans l'obscurité . Ce qui a pour effet de retenir la nuit !

herbert a dit…

Bonjour, Do.

Il y a tant de poésie et de douceur dans ce rêve éveillé, les yeux fermès.
Et tes mots disent beaucoup en fine poésie.
Merci de ta visite.
Je reviendrai chez toi.
Je t'embrasse.

Marouscka du temps qui passe. a dit…

Merci Herbert, ton message est l’un des plus gentil qu’on ne m’ait jamais laissé sur mon Blog. Je ne suis pas habituée, ce qui explique pourquoi tes mots me font si chaud au cœur et me touchent infiniment.

C’est grâce à des billets, comme le tien, qui m’interpellent, que je découvre des Bogs qui, quelque part, me ressemblent.

Ma porte n’a pas de clé, elle est grande ouverte à toutes et à tous. Tu seras toujours le bienvenu chez moi.

Merci pour ton post Jean-Philippe. Ton côté atypique, ironique qui cache une grande sensibilité (pas besoin d’être prophète pour le deviner) := ) m’émeut également beaucoup.

Merci à toutes les autres personnes qui viennent me voir régulièrement ou occasionnellement, car je sais que certains engagements ne nous permettent pas toujours de naviguer à plein temps, comme on le souhaiterait, sur tous les Blogs que nous aimons.

Ludivine Brulon a dit…

Je crois que l'on peut également te remercier maman, pour ces clichés sensibles et ta poésie. Merci aussi à toi, d'exister. Je t'aime.

Marouscka du temps qui passe. a dit…

Merci Ludivine pour ces beaux compliments. En retour, je te remercie d’exister.

J’ai la chance d’avoir une fille exceptionnelle, Oui exceptionnelle, qui possède autant de grâce intérieurement qu’extérieurement. Une fille qui illumine ma vie et dont je suis très fière. Une fille unissant noblesse et bonté du cœur.

Je t’aime moi aussi ma Ludi bien au delà de l’infini.

Ta maman.

Marie du Nord a dit…

Comme j'aimerai que tes quelques lignes et cette superbe photo attire enfin ce papillon annonciateur de douceur de vivre, mais ne désespérons pas.

Je t'embrasse ma Do ainsi que ta Ludi.

herbert a dit…

Bonjour, Do

Et moi, je découvre avec émerveillement un coeur qui s'ouvre si simplement.
Et j'entre discrétement dans le cercle de famille avec ta fille qui t'aime autant que tu l'aimes.

Bon week-end pour toi...et pour elle.
Et merci beaucoup pour tes mots ici et là.
Bisous
Bisous

Glycérine a dit…

Et bien... que dire après tant de si beaux commentaires...
Juste que je suis trés heureuse que tu sois tombée sur mon blog ce qui me permet maintenant de faire ta rencontre...
Tes photos sont superbes...
Je repasse bientot.

Lyse a dit…

J'aime beaucoup ces petits poèmes courts écrits sur le coin d'une feuille, sur le bord du coeur à fleur d'émotions
Ta poésie est belle , elle a la délicatesse légère des ailes de papillons
Je t'embrasse bien fort
et merci pour tes passages chez moi c'est un bonheur de te lire

le Colombo français à la retraite a dit…

J'ai hésité longtemps avant d'ajouter un commentaire, qui paraitra si "plat" parmi ceux déjà publiés par tous ces poètes et artistes (il n'y a pas d'ironie dans ces propos), mais tant pis je me lance.
Si je n'ai plus le coeur à commenter tes belles photos, je ne peux rester silencieux devant celles-ci.
Je dirai simplement que cette "belle chrysalide devenue papillon", illumine de sa beauté tant extérieure qu'intérieure, non seulement notre Marouscka et ses très proches, mais aussi sa famille (qui lui est aussi très proche par le coeur) et plus particulièrement le vieux "briscard" que je suis ou plutôt que je deviens. Et pour cela, tout comme Do je lui dis "merci d'exister" et d'être là dans les bons et très mauvais moments.

Marouscka du temps qui passe. a dit…

Merci Herbert, Marie, Glycérine, Lyse, colombo. Pour tant de gentillesse et de générosité. Vos visites à toutes et à tous me fait chaud au cœur.

Tu ne seras jamais un vieux «briscard» Colombo. Tes mots sont aussi beaux que ta sensibilité. Ici c’est «ma maison» Le feu flamboie toujours dans la cheminée et ton fauteuil t’attend, n’hésite pas à me rendre visite, je serai toujours sur le pas de la porte pour t’accueillir et par la main, que je ne t’ai jamais lâchée, je te conduirai près du foyer. Nous bavarderons, nous nous souviendrons, nous n’oublierons jamais.

Plume a dit…

Whaou !! belle photo !!! je suis vraiment conquise, bravo !! amitié

herbert a dit…

Le temps passe, Do, mais le papillon est toujours aussi beau dans son éphémère éternité.

Bonne journée.

Je t'embrasse.

Chess a dit…

Un coeur qui devient papillon rempli de douceur, de beauté, de legereté et de soif de liberté !

Une belle image, merci de l'avoir partagé

Pinky a dit…

Un ptit bonjour en passant par ton espace, merveilleux. Beaucoup de sensibilité et de douceur. Merci pour tes textes et tes photos magnifiques. Je reviendrai si tu permets ! Très bon dimanche à toi.
Bizz Pinky

lasiate a dit…

exquise esquisse qui tente d'apprivoiser le temps

Françoise a dit…

Bonsoir Do,
Moi aussi, je découvre sur ton blog des mots pleins de sensibilité, de douceur, des mots pleins de délicatesse, des mots comme j'aime, tout simplement.
Je reviendrai, sois en sûre.
Belle fin de soirée à toi.