Pages

jeudi 7 février 2008

L’ANCESTRAL MAGASIN GÉNÉRAL.











«LE MAGASIN GÉNÉRAL» C’est toute une histoire qu’il renferme. Très vieux, typique et authentique, il sera bientôt remplacé par un autre commerce, sans nul doute plus contemporain et probablement plus fade.

Avant que cette bâtisse tellement expressive ne disparaisse, j’ai souhaité capturer un segment de sa vie, afin qu'elle ne s’éteigne pas complètement.




6 commentaires:

laurence a dit…

Bonsoir Do
merci pour ton passage et tes gentils mots laissés sur mon blog. J'adore ton vieux magasin, il me fait penser à ceux que l'on voit dans les vieux films américains. C'est dommage qu'il ferme.

lafailli a dit…

Bonjour,

Ah je vois qu'aussi chez vous ce genre de commerces de proximité a du mal à lutter ...
n'oublions jamais que ça ne tient qu'a nous de les faire vivre : les consommateurs.

à bientôt

ps: j'expose en avril dans une vraie galerie "le temple du gout" à nantes, si vous pensez passer par là à ce moment, n'hésitez pas !

amicalement !

Anonyme a dit…

Belles photos nostalgiques. J'ai du y aller une fois ou deux, notamment pour chercher une casquette avec des cornes d'orignal :-) C'est vrai que cela ressemble au "general store" que l'on voyait dans les westerns, comme la petite maison dans la prairie, lol !!!!
Le Colombo français à la retraite

Ludivine Brulon a dit…

Un magasin que je connais bien. Tout à fait représentatif des boutiques d'autrefois au Québec. Lorsqu'on y entre, on a l'impression que le temps s'est arrêté. Un dépaysement qui fait du bien.

dom a dit…

Quelle nostalgie, chez nous aussi, ces vieilles échopes où on trouvait vraiment de tout ... Rien à voir avec ces grandes surfaces froides et anonymes ...
Merci de ton passage !
Bon dimanche ! Bisoux.

marouscka a dit…

Merci pour vos commentaires.

C’est triste de voir disparaître un magasin aussi typique. Le propriétaire est trop âgé pour poursuivre son activité… Quand bien même ce serait possible, les grandes surfaces, c’est manifeste, font beaucoup de tort aux petits commerces.

Une page se tourne et c’est regrettable.!